dimanche 26 novembre 2017

Centre d’Education et de Préparation à l’Emploi des Femmes et Filles (CEPEF)



Le CEPEF a pour mission de contribuer  à améliorer l’employabilité des femmes et filles dans divers domaines dont la transformation du Mil et du Niébé. La formation comprend : l’apprentissage des techniques de la cuisine moderne et traditionnelle, nounou et soins d’enfants, la couture et le tricotage, l’hygiène et la propreté. L’objectif est de maintenir les populations au sein de leur terroir en favorisant leur résilience face aux changements climatiques.


Le phénomène du changement climatique de ces dernières années a significativement contribué à la baisse de la production agricole dans la région de Dosso.. La partie sud-sahélienne est la plus touchée. La difficulté à maitriser l’eau souterraine n’a pas favorisé les investissements dans cette zone et les bras-valide n’optent que pour  l’exode rural et la migration. Le contexte économique mondial réduit le succès de ces aventuriers rendant ainsi la vie des femmes et filles laissées au village plus difficile surtout en période de soudure. Des situations d’extrême vulnérabilité ont amené ces femmes et filles à aller dans les centres urbains proposer des services de ménagères, cuisinières, nourrices d’enfants, etc. Au début, elles venaient pendant la période de soudure, après elles anticipent la soudure en conservant la production et rejoindre les centres urbains pour n’utiliser la nourriture qu’en période de soudure. Cette ’initiative a réduit les souffrances de ces femmes et filles mais l’activité arrive à peine à subvenir correctement à leurs immenses besoins. Le seul avantage de cet exode est qu’il leur permet de retarder la consommation de la production agricole. Pourtant pour les mêmes métiers, les ressortissants(es) d’autres pays de la sous-région  sont nettement mieux  rémunérées parce qu’elles disposent de connaissances professionnelles/techniques les rendant plus  compétitives.

Après avoir fait ce constat pendant près de 2 ans, Potentiel Terre, dans le cadre de son programme PECCL (Promotion de l’Emploi et Capitalisation des Compétences Locales), s’est donné pour ambition de mettre en place un Centre d’Education et Préparation à l’Emploi des Femmes et Filles (CEPEF). Le centre naitra du projet de mise en place d’un atelier de préparation à l’insertion et de participation à l’éducation des femmes et filles. La région de Dosso, au  regard de l’impact du changement climatique sur les jeunes et les femmes a été  choisi pour la phase pilote.

Le projet vise à augmenter les revenus des femmes et filles bénéficiaires et les outiller à tirer profil des avantages comparatifs du milieu rural en les initiant à la transformation des produits locaux (mil et haricot) et la couture basique. Financée par l’association américaine « The Friends Of Niger », cette phase pilote est conçue pour une période de 6 mois et concernera 50 femmes et filles nigériennes exerçant ou voulant exercer dans le domaine. Il est attendu à la fin de cette phase  la formation de 50 filles et femmes sur l’hygiène et la propreté notamment des ménages, sur la transformation du mil, du niébés et du maïs ; la formation à la garde et aux soins des enfants Elles ont bénéficié des séances de sensibilisation sur la santé de la reproduction et les IST ; sur les notions de droits et devoirs dans les relations avec les employeurs

Le projet prévoie d’appuyer l’installation de 35% de filles et femmes formées dans les activités de transformation du mil et du haricot au sein de leur terroir. Les effets bénéfiques de ce projet sont notamment une meilleure connaissance de la santé de la reproduction et des IST, 25% d’entre elles sont employées par le centre et une baisse substantielle de certains produits locaux transformés notamment le dégué de Dosso et le béroua de Douchi, une plus grande employabilité des filles et femmes rurales dans les grands centres urbains.

vendredi 26 mai 2017

Prévisions météo 2017



Prévisions saisonnières agro-hydro-climatiques en Afrique soudano-sahélienne Le 4ème Forum des prévisions saisonnières agro-hydro-climatiques pour la zone soudano-sahélienne (PRESASS) s’est tenu du 15 au 19 mai 2017, à Accra au Ghana. Ce forum a été organisé par le Centre Régional AGRHYMET (CILSS), le Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement (ACMAD), les Agences Nationales de la Météorologie et de l’Hydrologie du Ghana, en collaboration avec les experts des pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Des cumuls pluviométriques excédentaires sont attendus dans les zones couvrant le Nord Bénin, la moitié Est du Burkina Faso, l’Ouest Nigeria, l’Ouest Niger, le Centre Mali.
Des dates de début de saison précoces sont attendues dans les mêmes zones, élargies à toute la bande agricole du Niger et au Nord Nigeria. Les pays de la partie Ouest de la bande sahélo-soudanienne devraient s’attendre à une fin de saison précoce à normale ; alors que partout ailleurs (Note RECA : le Niger doit être dans cette situation car situé à l’Est), des dates de fin de saison tardives à normales sont plus probables.

Il est en outre attendu que des séquences sèches longues à normales soient observées pendant la phase d’installation des cultures dans toute la zone sahélo soudanienne de l’Afrique de l’Ouest. La majeure partie du Burkina Faso, l’extrême Sud Mali et les parties Nord de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Togo et du Benin devrait aussi connaître des séquences sèches longues dans la deuxième moitié de la saison des pluies.

La compréhension du RECA pour le Niger :
- Une probabilité d’excédents de pluies dans l’Ouest du Niger.
-
Des dates de début de saison précoces dans toute la bande agricole du Niger.
- Des dates de saison tardives à normales sont probables.
- Mais… il est attendu que des séquences sèches longues à normales soient observées pendant la phase d’installation des cultures dans toute la zone sahélo soudanienne de l’Afrique de l’Ouest (partout donc également au Niger).
- La partie moyenne du bassin du fleuve Niger devrait connaître des écoulements supérieurs à la moyenne ainsi que le sous bassin de la Komadougou-Yobé.
Les prévisions ci-dessus indiquées sont susceptibles d’évolution au cours de la saison des pluies. Par conséquent, il est fortement recommandé de suivre les mises à jour qui seront faites en Juin, Juillet et août 2017 par le Centre Régional AGRHYMET, l’ACMAD et les services météorologiques et hydrologiques nationaux.

voire le compte rendu du forum

(source : RECA)

 

lundi 4 avril 2016

Ouverture des demandes de subvention YAWWA

Ceci est une opportunité pour avoir une subvention si vous êtes Entrepreneurs/Innovateurs sociaux et  Organisations des jeunes

 La SNV a reçu un financement de l’USAID pour la mise en œuvre du Projet Youth  Advocacy, Women, Works and Alliances /YAWWA dans les Régions de Zinder, Maradi, Niamey, Agadez et Diffa.
Une partie du fonds est destinée  à accorder de petites subventions aux entrepreneurs/ innovateurs sociaux et organisations des jeunes présentant des projets innovants.
Déjà 9 entrepreneurs/innovateurs sociaux et organisations des jeunes dans nos 5 régions d’intervention ont bénéficiés des subventions d’un coût total de 34 350 000 FCFA au titre de l’an1 YAWWA.
Nous  invitons tous ceux qui sont  intéressés à bien vouloir soumettre leur proposition  à partir 10 Mars 2016  au  1er Juin 2016 date de clôture. Les  canevas de demande de subvention peuvent être retirés  et déposer une fois remplis   du   Lundi au Vendredi pendant les heures de service aux lieux ci-après   :

A Niamey au siège de la SNV Niamey sis à l’ex Maurice Delence face pharmacie de l’Avenir Contact +227 20 75 20 52/94 10 60 89/94 24 60 73/94 01 02 47.

A Zinder au siège de l’Organisation Nigérienne pour l’Education Environnementale/ONEE situé entre le dispensaire Zengou et le tournant qui mène au stade municipal de Zinder (Konar Rahama). Contact : +227 96 97 73 64/90 65 53 74/94 83 51 95

A Agadez  voir  Association Potentiel Terre au Siège de l’Association AFAA quartier Sabon Gari 2ème virage après la FADA FBI, Contact +227 96 31 85 41/90 72 75 68

A Diffa  au siège de l’ONG Agir Plus : Arène de lutte Chétima Talba BP 12099 Tel : +227 96 58 59 00/96 98 05 95

A Maradi au siège de AJLCD GARKUWA : Quartier Ali Dan Sofo, face Nouvelle Tribune, dans l’enceinte du centre des Jeunes. Contact : +227 94 88 24 86/97 31 17 77/90 02 35 32.
Les candidatures peuvent aussi être adressés par e-mail à aousseini@snvworld.org avec Cc à MDaoura@snvworld.org; gdasilva@snvworld.org 

Pour tout renseignement complémentaire n’hésitez pas à contacter les structures ci-dessus énumérées au niveau des régions d’intervention.  A Niamey  vous pouvez  aussi vous adresser à l’Association des Jeunes pour la Promotion des Initiatives Locales /AJPIL  à l’Immeuble EBA face rondpoint Maourey Tél : 96 62 50 44/90 68 37 11.

Pour la catégorie des entrepreneurs/innovateurs sociaux le montant maximum de subvention est fixé à  10 000 000 FCFA par projet.

 Pour la catégorie des organisations des  jeunes  le montant de demande de subvention ne doit pas excéder 3 250 000 FCFA par projet.

NB. Le traitement des dossiers se fera au fur et à mesure en fonction du nombre des dossiers parvenus et tout dossier déposé devient la propriété de la SNV.

mardi 29 mars 2016

YPARD NIGER à la Consultation sur l'Intégration des Sites CGIAR à l'ICRISAT Niger (Niamey)

 Dans le cadre du processus de développement de la 2eme génération (2017-2022) de ses programmes de recherches globaux (CRPII), au nom du CGIAR, l’ICRISAT Centre Sahélien de Niamey, a organisé et conduit le 15 mars 2016, à son centre de formation et d’accueil ‘TVC’, l’atelier de consultation  sur l’intégrationdes sites du système CGIAR au Niger. J’ai eu l’honneur d’y prendre part en tant que membre de YPARD et responsable de l’Association Potentiel Terre. 

Le CGIAR est le  consultatif group for inetrnational agricultural research, composé  de 15 centres effectuant mondialement la Recherche Agricole pour le développement dans les zones tropicales semi-arides. Le Niger est l’un des 20 pays prioritaires où les innovations du CGIAR devraient impacter des millions de personnes dans la décennie à venir. 
Avant l’allocution du Directeur de l'ICRISAT CS du Niger, tous les participants ont brièvement présenté leurs institutions et les actions qu'ils conduisent au Niger :
-          Le SP/CNRA : le Secrétariat Permanent du Conseil National de la Recherche Agronomique représenté par Dr Baina DAN-JIMO, spécialiste semence du PSAO/PPAAO-Niger
-          INRAN : Institut National de Recherche Agronomique du Niger est représenté par le Directeur Scientifique Dr Salissou Issa
-          Le système CGIAR : ICRAF,  ICRISAT, ILRI, CCAFS, …
-          La recherche avancée : IRD représenté par Dr Oumarou Malam Issa Représentant Résident
-          YPARD-Niger : représenté par Zakari Hassane
-          Les ONG et Association de Développement : Care International, Potentiel Terre, ONG GADEL, World Vision Etc.
Après les présentations, Dr Malick Bâ, représentant résident de l'ICRISAT et coordonnateur de l’intégration des sites, a souhaité la bienvenue à l’assistance et dérouler le programme de la journée avant de situer le contexte de l’atelier de consultation sur l’intégration des sites du système CGIAR. L’on retient essentiellement de cette présentation que la consultation vise à améliorer l’intégration et la coordination des sites dans les pays d’implantation de manière à harmoniser les actions de recherche aux priorités nationales. Les institution du CGIAR opérant au Niger incluent : ICRISAT, ICRAF, ILRI, WLE, Africarice, Bioversity, CCAF, IITA, ICARDA.
Dr Malick Bâ a souligné que L’intégration des sites doit consister en une planification de :
*        L’alignement de la recherche,
*        La coordination des livrables (résultats)
*        L’intégration opérationnelle et des équipements

Dr Malick Bâ a précisé également que le plus important,  pour atteindre l’objectif d’une meilleure efficacité, efficience et d’un impact, est de capitaliser sur deux éléments qui constituent le nécessaire pour rendre fonctionnel et performant l’intégration des sites. Il s’agit :
*        De la  bonne compréhension des priorités nationales et de ce qui est planifié
*        Et des mécanismes  et partenariats avec les structures nationales et les tous les acteurs 

Pour rendre possible d’atteinte de l’objectif de la consultation et recevoir l’avis de tous les participants, 5 groupes de travail ont été mis en place. Chacun des groupes a travaillé et réalisé une présentation en plénière sur les points suivants : i) Préalable pour l’Intégration, ii) Opportunités en cours et futures, iii) Suivi du progrès et mécanisme d’évaluation de l’Impact, iv) Stratégie de Communication, v) Gouvernance et Coordination, vi) l’après.
Les priorités nationales (I3N) + présentation du SP/CNRA et PPAAO
Au Niger l’Initiativeles Nigériens Nourrissent les Nigériens (I3N) est le cadre stratégique pour toutes les interventions. Dr Malick Bâ a rappelé le but de l’I3N, qui est de Renforcer et stabiliser la résilience de l’ensemble des nigériens/nigériennes et leurs systèmes de productions face aux risques écologiques, économiques , (sécuritaires)  et  sociaux par la  création  d’un continuum URGENCE-RELEVEMENT-DEVELOPPEMENT). A titre de rappel/information, les axes de l’I3N ont été présentés :
Axe 1 : Accroissement  et diversification des productions agro-sylvo-pastorales et halieutiques
Axe 2 : Approvisionnement régulier des marchés ruraux et urbains en produits agricoles et agroalimentaires
Axe 3 : Amélioration de la résilience des populations face aux crises alimentaires et catastrophes
Axe 4 : Amélioration de l’état nutritionnel des nigériens.

Les résultats du PPAAO, l’exemple d’un programme de développement

Le Programme de ProductivitéAgricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO-WAAPP Niger) et le SP/CNRA  ont été présenté par Dr Baina. Les différentes composantes, la gouvernance et les résultats obtenus par le programme. De cette présentation il est ressorti que le PPAAO est un projet d'envergure nationale et a touché près de 350.000 personnes, octroyé près de 80 de bourse Master et PhD, la diffusion de technologies éprouvées dans les domaines du développement rural sur plus de 550.000 ha, le développement et la diffusion de 6 nouvelles Technologies, le financement de 22 Projets sur fonds compétitifs et commissionnés ainsi que la mise en place de 18 Plateformes d’innovation pour améliorer les performances de diverses chaines de valeur. Au plan opérationnel, le PPAAO est mis en œuvre essentiellement par les agences d'exécution qui comprennent le SP/CNRA, le CNS, et divers services techniques. Concernant le SP/CNRA, il met en œuvre les fonds compétitifs qui financent des activités identifiées comme pertinentes par les bénéficiaires pour être exécutées par des équipes de recherche-développement.
En rapport avec le thème de l'atelier, le SP/CNRA est la personne concerné effectivement par la coordination des activités de recherche agronomique. Il faut noter que le CNRA a été mis en place en 2009, le SP/CNRA l'a été en 2012. Au nom du CNRA, le SP a esquissé le répertoire des institutions impliquées dans la recherche agronomique ainsi que les ressources humaines et les technologies développées. En outre un plan stratégique de la recherche agronomique est en cours d'élaboration.
Ainsi le SP/CNRA et le PPAAO-Niger sont des structures pouvant bien apporter un plus dans le cadre du présent atelier sur l'intégration des sites d'intervention dans le cadre du développement rural.

Contribution des Jeunes Professionnels de l’Agriculture : YPARD NIGER
Les travaux de groupe et les présentations en plénières ont permis de partager ce que fait YPARD au Niger et à travers le monde d’une part et d’autre part de faire un exposé sur les difficultés que rencontrent des jeunes agriculteurs et leurs aspirations afin que l’Agriculture soit un véritable business pour la jeunesse nigérienne.
Ce fût également l’occasion de partager avec l’assistance le défi de YPARD-Niger pour la solution duquel la recherche à un rôle vital. Il s’agit de l’urgence de faire la promotion d’une nouvelle génération d’agriculteurs. Il était admis de toute l’assistance que la jeunesse représente l’avenir de l’Agriculture du fait de l’âge avancé de ceux/celles qui s’y adonnent vraiment. Nous avons suggéré de:
-          tenir compte de l’aspect âge dans le choix des personnes devant gérer les sites
-          tenir compte de la possibilité de mettre ensemble des jeunes qualifiés et non scolarisés,
-          appuyer les jeunes et les femmes à pratiquer une agriculture de précision, intelligente au changement climatique et ouverte au marché
-          poursuivre l’implication des jeunes dans les débats à tous les niveaux : préparation, exécution, mise en œuvre et suivi-évaluation des actions de développement Agricole
-          faire de la jeunesse le fer de lance pour l’utilisation et la vulgarisation à grande échelle des techniques et technologies issus des résultats de la recherche

Parmi les réalisations au Niger, nous avons partagé le cas du projet de culture en hors saison de certaines spéculations comme le gombo, l’oignon, le maïs etc. Pour que la recherche agricole s’inscrive pleinement dans la durée, il s’avère important d’associer la rentabilité économique à la rentabilité productive, conditions sine qua non pour faciliter le retour à la terre. YPARD-Niger a identifié la possibilité de porter le projet, avec l’appui de l’ICRISAT et les bailleurs de fonds, incubateur de l’entreprenariat agricole qui est en face test au Mali par CCAFS.
Nous estimons que l’intégration est lancée au Niger car cette journée a permis à plusieurs acteurs de situer déjà ce dont ils ont besoin dans ce que certains font et pour d’autre d’apprendre qu’il y a des actions encours qui s’alignent à leurs actions. Pour jeunes professionnels de l’Agriculture (YPARD-Niger), cet atelier nous a permis d’apprendre tant dans la forme que dans le fonds de la conduite des travaux. Nous félicitons l’ICRISAT pour avoir réussi à exécuter autant de tâche en un laps de temps et nous avoir offert la possibilité de partager ce que nous faisons et ce que nous voudrions qu’on nous fasse. Un grand merci au CGIAR pour l’organisation de l’atelier et l’honneur de nous y éviter et à Dr Malick Bâ pour la coordination mais aussi nous avoir rassuré que les portes de l’ICRISAT sont ouvertes pour YPARD Niger.


samedi 8 novembre 2014

Atelier sur le civisme et l’exercice des responsabilités associatives | Compte rendu



Le programme d’appui à la société civil (PASOC II)  a organisé un « atelier de renforcement des capacités des Acteurs Non Etatiques » du mercredi 29 octobre au samedi 01 novembre 2014 à l’école normale d'instituteurs de Dosso. Potentiel Terre a été représenté à cet atelier  par Zakari Hassane et Seyni Garba Ibrahim. La cérémonie officielle d’ouverture a été marquée par les allocutions du représentant du Ministère du plan et du Directeur régional du plan de Dosso  De ces allocutions, on peut retenir la volonté d’œuvrer i) pour cultiver et promouvoir le civisme, ii) pour l’instauration de la redevabilité et la gouvernance démocratique des associations iii) pour la vulgarisation et la réalisation du contrôle citoyen de l’action publique par les citoyen. L’atelier est animé par le Coordonateur de Sos-Civisme Niger. Trois modules ont été déroulé, chacun suivi d’un travail de groupe et des présentations des travaux en plénière.

MODULE 1 : Civisme et Citoyenneté
La communication sur le civisme et la citoyenneté est articulée autour de l’historique, la définition et des pratiques vivant à promouvoir le civisme et réduire l’incivisme au Niger. Un accent particulier est mis sur le rôle des pratiques exemplaires en matière de civisme dans la recherche de booster une économie durable. Il est rappelé qu’au Niger La Constitution de la 7ème République a également établi, en ses articles 38 à 41, ce que doivent être les comportements d’un bon citoyen. Pour finir le module un exercice pratique sur la promotion du civisme et la réduction de l’incivisme au Niger furent réalisé et présentés en plénière par les différents groupes (4 groupes).

MODULE 2 : Contrôle Citoyen de l’Action Publique (CCAP)
La démarche consiste à identifier une porte d’entrée c'est-à-dire poser une question pertinente qui servira de base à tout  le processus du CCAP (exemple : l’accès aux soins dans les services de santé publique). Par la suite, la collecte de l’information pour les bénéficiaires des services publiques ; l’analyse de l’information en la rendant accessible aux plus pauvres ; la diffusion de cette information et mobiliser les énergies afin de tirer profit de l’adage « l’union fait la force » et enfin la négociation du changement. Quant aux outils il en existe une panoplie riche et variée : le budget participatif (BP) qui permet aux citoyens d’influencer ou de prendre des décisions en matière de budgets publics. A ce niveau aussi les 4 groupes ont tous choisis des portes d’entrée pour les travaux pratiques présentés en plénière. Ce point a fait l’objet de plusieurs inquiétudes notamment :
-          La collaboration des autorités des collectivités
-          Le recouvrement et l’accès à l’information
-          Etc.

MODULE 3 : Démocratie au-sein des ONGs & Associations
A ce niveau, les échanges, les travaux de groupes et le module proprement dit interpellent les représentants/représentantes des associations et ONGs  en ce qui concerne l’application d’une culture effective de bonne gouvernance qui implique comptabilité, transparence, inclusion et obligation de rendre compte à la base d’une part et le respect des textes d’autre part.

Le Samedi 01/11/2014 soir après la cérémonie de clôture et de remise d’attestation de participation, participants/tes, facilitateurs, prestataires (restaurant), les représentants du Plan et du PASOC II se sont dit au revoir avec des coups de mains chaleureux. Aussi les plusieurs relations sont nées entres certaines organisations des participants/tes. On peut citer le groupe 2 qui a décidé de rester ensemble pour mettre en œuvre un projet de CCAP dans une commune qui sera déterminée.

Centre d’Education et de Préparation à l’Emploi des Femmes et Filles (CEPEF)

Le CEPEF a pour mission de contribuer   à améliorer l’employabilité des femmes et filles dans divers domaines dont la transformatio...